Revival Rock

When passion rules the game. I ain´t got no control, when my heart´s in flames.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

• Nos leaders favoris •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: • Nos leaders favoris • Dim 6 Fév - 14:02







• Nos leaders favoris •
Le lendemain du grand concert du réveillon, un journaliste du Revival Mag a rencontré Matthew Gordon (Morten Bluz), Parker Johnson (Black Stones) et Kyle Mason (Warning Sign) afin de connaître leurs impressions de l'évènement.



Tout d'abord, pouvez-vous nous dire d'où est venue l'idée de ce concert réunissant les Morten Bluz, les Black Stones et les Warning Sign ? Matthew Gordon : Ça s'est fait tout seul, en général. Des décisions de manager et de leaders, un premier concert à la Fashion Week qui s'était bien passé... Peut-être qu'on voulait faire une petite compétition aussi, on sait jamais!
Parker Johnson : L'idée d'offrir un cadeau unique à l'ensemble de nos fans ? (rires) Blague à part, je dirais l'envie de surprendre et de faire plaisir à notre public. Nos trois groupes ont chacun leur public qui, parfois, rassemblent de mêmes personnes. Alors pourquoi ne pas leur offrir l'opportunité de profiter de trois concerts en un ? Qui plus est, je dirais que c'était une idée folle, un véritable défi... On ne pouvait donc que le relever !
Kyle Mason : C'est Leah, notre manager qui s'est occupée de tout concernant cet évènement. Sa bonne relation avec le manager des Black Stones a contribué à ce que les choses se fassent facilement.

Quel effet cela a-t-il fait de vous retrouvez tous les trois groupes à partager la scène, sachant que la plupart d'entre vous entretenez de véritables liens amicaux ?
M.G. : On était là pour la musique avant tout, ce qu'il y a eu de mieux dans ce concert c'était de pouvoir jouer avec d'autres groupes. C'est certain que les connaissances que chacun a ajouté un petit quelque chose quand même...
P.J. : Sur un plan professionnel, je dirais que cela nous a permis de prouver à tous les amoureux de rumeurs qu'aucune compétition ou mésentente n'existe entre nous tous. Comme vous venez de le dire, nous partageons dans l'ensemble de très grands liens d'amitié. En ce qui me concerne, ça été un véritable plaisir de pouvoir revoir d'anciens visages que je n'avais plus l'occasion de côtoyer ces derniers temps. Cela fait tout autant plaisir que cela vous redonne de l'énergie et un sérieux coup de boost au moral !
K.M. : Un véritable plaisir ! C'est une expérience qui ne se produit pas souvent, et il faut savoir en profiter.

Croyez-vous que le public s'intéresse de façon égale aux trois groupes ? Nous nous accorderons pour dire que le style des Morten Bluz, des Black Stones et des Warning Sign est largement différent ! Qu'est-ce qui a bien pu réussir des fans aussi différents devant une seule et même scène ?
M.G. : Bien que les styles soient différents, ça n'empêche pas d'avoir des fans en commun. On écoute tous des styles différents, c'est normal. Et puis il y a de très bon musicien dans chacun des groupes. On doit aussi s'avouer qu'il y a beaucoup d'énergie sur scène avec trois groupes, c'est toujours ce qui est recherché dans un concert.
P.J. : Je vous répondrais que c'est cette différence même qui a pu réunir autant de monde. Vous savez, lorsque j'étais plus jeune et encore aujourd'hui, je n'avais pas un seul groupe fétiche. Tous les morceaux que j'écoutais dépendaient grandement de mon humeur du moment, de mon état d'esprit. De ce fait, je pense que le point fort de ce concert réside en cela : par nos trois styles différents, nous avons pu passer à différentes étapes d'émotions et de ressentis. Maintenant, il y a certainement des préférences envers l'un ou l'autre groupe. Mais tant que nous y ayons pris du plaisir entre nous et que le public est heureux de cet évènement, c'est ce qui importe le plus !
K.M. : Je pense que chaque groupe avait son propre public à ce moment. C'était comme un festival, donc il y avait des fans de chaque horizon. Et ils se sont tous réunis pour cette occasion, tout simplement.

Kyle, Matthew ; Comment se sont passé les retrouvailles ? Depuis le départ de Kyle des Morten Bluz, les rumeurs veulent que l'entente ne soit pas harmonieuse entre vous deux, qu'en est-il de la vérité ? Avez-vous appréhendez de voir vos deux groupes partager cette scène ?
M.G. : Comme je l'ai dis, c'était avant tout pour la musique, il n'était pas question d'une réunion sentimentale. Et "les rumeurs veulent", ce n'est pas très valable, vous ne trouvez pas?
K.M. : Rumeurs lancées par votre propre rédaction...On s'entend comme au premier jour, rien n'a changé. Et WS et MB se respectent et s'entendent bien.

Visiblement, le public s'y attendait en fin de soirée et ça n'a pas été le cas : pourquoi ne pas avoir fait un numéro impliquant les trois groupes ?
M.G. : À quoi est-ce que vous vous attendiez? On n'a pas de chanson en commun, j'espère que vous le savez... Et puis comme vous l'avez dit, nous sommes trois groupes avec des styles différents.
P.J. : Nous avons essayé de faire de notre mieux pour partager différents moments entre les trois groupes. Que ce soit le duo de Faith et Leslie, le solo partagé entre Brandon et Owen ou encore cet échange musical derrière nos batteries pour Kyle et moi-même, tant cela était-il pour notre plaisir que pour celui des fans. Cependant, réunir les trois groupes ensemble pour un même morceau, medley ou autre nous semblait difficile. Et, puisque nous fûmes pris par le temps, nous avons renoncé à cette idée. Mais, à l'avenir, cela n'est pas impossible...
K.M. : Ce n'est pas quelque chose de simple à mettre en place! Et nous n'avions pas vraiment eu le temps de nous pencher sur cette idée.

Répèteriez-vous l'expérience pour le prochain nouvel an si l'on vous en faisait la demande ? Était-ce un évènement dont le public londonien n'aura été que le témoin unique et privilégié ?
M.G. : Vous voulez dire dans un an? Ce n'est pas la semaine prochaine, on a le temps de voir comment les choses vont. Mais j'ai quand même aimé cette expérience, je pourrais le refaire si on en a l'occasion.
P.J. : Je placerais cet évènement au même titre que le concert guérilla que nous avons fait avec les Black Stones afin de lancer notre carrière. Autrement dit, cet évènement se voulait exceptionnel. Si nous répéterons l'expérience ? Je n'en n'aurais absolument rien contre l'idée. Toutefois, je pense que cela se décidera en temps et en heure, en fonction des désirs de chacun. Ferons-nous ça pour le prochain nouvel an ? Je n'ai aucune réponse à donner dans l'état actuel des choses.
K.M. : Qui peut dire de quoi l'avenir sera fait ? On verra bien.

Le temps des fêtes est-il une période spéciale pour vous ? Comment auriez-vous passé le réveillon si ce n'avait pas été sur scène ?
M.G. : C'est rare que je fais quelque chose de particulier pour le temps des fêtes, je ne pense pas que ma soirée aurait été très remplie si on n'avait pas donné ce concert.
P.J. : Comme pour beaucoup de personnes je suppose, le temps des fêtes est le temps des retrouvailles en famille. Néanmoins, j'ai pour habitude de passer le réveillon de l'an neuf en compagnie d'amis tout en faisant la fête jusqu'à la fin de la nuit. S'il n'y avait pas eu ce concert, je serais certainement parti dans l'une des grandes soirées de la capitale avec ma compagne et en compagnie de quelques amis proches, notamment les Black Stones pour ne citer qu'eux !
K.M. : Sans aucun doute avec ma famille, je passe malheureusement pas assez de temps avec eux et on a toujours eu pour habitude de tous se retrouver pour ses grandes occasions.


Parker Johnson qui s'est montré particulièrement ouvert et enthousiasme lors de l'entrevue à côté de ses deux collègues, beaucoup plus réservés.

Revenir en haut Aller en bas

• Nos leaders favoris •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revival Rock :: Old news-